CIVILITES

Les Irlandais sont gentils. Je dirais même : ils ont oublié d’être méchants ! Foin de ces incivilités quotidiennes, de cette agressivité à la française à laquelle on est régulièrement confronté en métropole dans les transports en commun ou dans les magasins. Vous demandez votre chemin en Irlande ? On s’arrête toujours pour prendre le temps de vous l’expliquer de façon détaillée. Vous cherchez quelque chose en particulier dans un supermarché ? Soit on vous accompagne directement à l’endroit indiqué, soit on prend la peine de vous expliquer dans quel magasin vous allez trouver l’objet en question. Vous êtes dans la caisse du supermarché ? Il n’est pas rare que le caissier/caissière échange quelques mots avec vous, qu’il y ait de la queue ou non. Vous observez les gens dans les transports en commun ? Réaction spontanée de la personne qui se sait observée : elle vous regarde et elle sourit ! Ou bien elle vous parle de la pluie et du beau temps. Essayez, vous verrez

Dans les situations où il y a du monde (bon je parle pré-covid là hein), il arrive facilement qu’on puisse se cogner contre quelqu’un d’autre sans le faire exprès, ou même qu’on ait juste du mal à se croiser. Et là, il se passe un phénomène très intéressant que j’ai observé à maintes reprises : en cas de contact physique involontaire, l’Irlandais va automatiquement s’excuser. Le sorry est émis de façon quasiment inconsciente même si l’Irlandais n’est pas fautif d’ailleurs, là ou dans la même situation, il faut bien le dire le Français a une forte tendance à s’en prendre à l’autre personne « faites attention ! » ou équivalent. Cette culture du sorry est en fait très agréable, parce qu’elle devient contagieuse, j’ai appris à faire de même, et cela rend la vie quotidienne, les queues et les contacts sociaux éphémères beaucoup, beaucoup plus faciles.

Et ce d’autant plus qu’ils sont patients : j’ai eu du mal à gérer la conduite à gauche au début, la simple perspective de devoir m’insérer dans le trafic, tourner à droite ou prendre un rond-point me donnait des sueurs froides … Mais j’ai très vite remarqué quelque chose : en plus d’être gentils, les Irlandais sont également patients. Il est très rare que quelqu’un vous klaxonne (et si c’est le cas, à moins qu’il n’y ait un danger réel et imminent, vous pouvez être à peu près certain que ce n’est PAS un Irlandais). Le corollaire c’est qu’il peuvent mettre un peu de temps à démarrer au feu vert, le Français dirait même qu’ils ont « 2 de tension »..  sans aller jusque là, je dirais qu’en moyenne on passe 1 à 3 voitures de plus par feu vert en France. Certes. Ceci dit, bloquer le carrefour n’est pas un sport national ici, et c’est sans cesse rappelé par des hachures jaunes au sol qui interdisent de bloquer un carrefour mais également qui libèrent l’accès aux grandes artères en arrivant des petites rues adjacentes quand le feu est rouge ou que c’est bouchonné : résultat, votre niveau de cortisol baisse à vue d’œil, ce qui explique peut être le lent démarrage au feu vert ..

Publié par pchatelain

Je suis une Française qui habite actuellement en Irlande et qui s intéresse particulièrement à la valeur des mots

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :